Cheveux

Des cheveux en bonne santé

Des cheveux en bonne santé

Dans un article précédent, nous avons évoqué la structure du cheveu, les problèmes et gênes que l’on peut ressentir. Nous allons à présent nous pencher sur tous les produits de soins tels que laques, mousses et fixateurs ainsi que sur toutes les crèmes, lotions et autres masques. Enfin, nous parlerons aussi des colorations, un sujet brûlant vu les innombrables voix qui s’élèvent pour dénoncer leurs dangers. 

Les shampoings 

Les analyses menées par les associations de consommateurs donnent invariablement les mêmes résultats : tous les shampoings lavent bien les cheveux. Du point de vue de l’ hygiène capillaire, ils se valent tous. Ceci dit, en fonction de la quantité de tensioactifs présents dans le shampoing, des différences apparaissent au moment du coiffage en termes d’électricité statique, de volume et de brillance. 

Quel que soit leur prix, les shampoings contiennent entre 70 et 85 % d’eau et comme l’eau en elle-même ne suffit pas, les ingrédients suivants y sont ajoutés: 

  • des agents détergents au pouvoir dégraissant: ils nettoient cheveux et cuir chevelu; 
  • des agents tensioactifs connus aussi sous le nom d’agents de surface. Suivant leur action, ils possèdent l’une des natures chimiques suivantes. Ils sont anioniques s’ils sont chargés négativement : ils produisent une mousse abondante, sont très efficaces et résistent mieux à la dureté de l’eau (l’eau dure diminue l’action des tensioactifs) En revanche, ils ont peu d’effets cosmétiques. Le plus connu de ces tensioactifs est le sulfate, très polluant pour les rivières, les shampoings sans sulfate sont devenus très populaires. Ils sont cationiques si leur charge est positive: moins efficaces, ils sont utilisés dans les savons désinfectants pour leurs propriétés bactéricides. Ils sont aussi plus irritants. Ils sont non ioniques s’ils ne comportent pas de charge: ils sont assez efficaces mais moussent moins. Enfin, ils sont amphotères lorsqu’ils libèrent des ions positifs et négatifs. En raison de leur prix assez élevé, ils sont absents des savons ordinaires et ne sont utilisés que dans certains cosmétiques ciblés; 
  • des autres agents secondaires qui adoucissent et disciplinent les cheveux rendus plus secs par les détergents; 
  • des parfums; 
  • des conservateurs et, dans certains cas, des colorants. 

Les shampoings renferment aussi toute une série d’additifs comme des protéines, des dérivés végétaux ou encore des vitamines. Assez accrocheuses du point de vue publicitaire, ces molécules se présentent en doses si faibles qu’elles ne peuvent avoir aucun effet. La formule des shampoings pour usage fréquent rappelle celle des shampoings pour enfants, plus douce et moins agressive. Ceci dit, il semble que toute particularité invoquée ne soit qu’un pur prétexte puisqu’une même composition reçoit parfois des dénominations différentes et vice versa. 

Encore une fois, le seul élément à prendre en considération à l’heure de faire un choix est le prix et, bien sûr, votre propre expérience en fonction de votre type de cheveux. 

Voici quelques considérations à prendre en compte : 

  • lisez attentivement les instructions. Si l’étiquette indique «Agiter avant l’emploi», sachez que deux minutes sont nécessaires pour que l’ingrédient actif, le plus lourd, se disperse dans le liquide; 
  • si le flacon vous semble vide, ajoutez un peu d’eau et mélangez pour récupérer tout le shampoing; 
  • une mousse abondante n’est pas un gage d’efficacité; 
  • après avoir appliqué le shampoing, massez le cuir chevelu pour activer la circulation et éliminer les cellules mortes. Attendez quelques minutes avant de rincer, sinon vous limitez l’action des principes actifs; 
  • sachez aussi que les ingrédients mentionnés en latin sur l’étiquette sont toujours d’origine naturelle (et donc en principe plus délicats pour la peau). Plus ils apparaissent tôt dans la liste, plus il y en a. 

L’après-shampoing

Le complément naturel de l’hygiène capillaire, surtout pour les cheveux longs, est l’après-shampoing. Il s’agit d’un produit stabilisant dont la fonction est de faciliter le démêlage et d’adoucir les cheveux tout en les rendant plus beaux. En réalité, l’utilisation de ce type de produit ne se justifie que sur les cheveux lisses, très secs et électriques et sur les cheveux longs et difficiles à coiffer car plus sujets à la formation de nœuds. 

Les shampoings 2 en 1

En ce qui concerne les shampoings dits 2-en-1, ils combinent shampoing et après-shampoing et promettent un gain de temps (idéal, par exemple, après le sport). La mode semble un peu passée mais il s’agit là encore d’une invention pour doper les ventes. À leur arrivée sur le marché, ils occupaient une grande partie des rayons dans les magasins. Au fur et mesure de leur déclin, on a vu apparaître des shampoings étiquetés «sans après-shampoing» comme si l’absence de ce produit était synonyme de qualité, alors que c’était tout le contraire quelques années auparavant. Le mieux est, certes, d’avoir les deux produits séparés chez soi. Vous n’utiliserez ainsi l’après-shampoing qu’en cas de nécessité réelle et vous aurez tout loisir de le laisser agir le temps qu’il faudra, en évitant le contact prolongé du shampoing qui abîme les cheveux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.